Annexe 6

Les techniques de rehaussement de crédit




Jusqu’à un passé récent, les ABS bénéficiaient d’une bonne réputation sur les marchés et étaient censés constituer des placements plus rentables que les placements obligataires, avec un profil de risque identique. Pourtant il existe une probabilité de défaut sur le pool de créances sous-jacentes.


Plusieurs techniques dites de « rehaussement de crédit » permettent d’aboutir à limiter le risque :


excess spread : le taux d’intérêt servi sur les titres émis est inférieur au taux d’intérêt moyen perçu sur les créances sous-jacentes ;


sur collatéralisation : la valorisation globale des créances sous-jacentes est supérieure au nominal total des titres émis ;


subordination : les titres émis ne sont pas tous identiques mais répartis en tranches successives. Le remboursement de chaque tranche est subordonné (conditionné) à celui de la tranche immédiatement supérieure. La tranche supérieure, dite « senior » bénéficie donc d’une priorité sur la tranche intermédiaire, « mezzanine », etc. En contrepartie, le taux d’intérêt est croissant : moins le remboursement est garanti, plus le taux d’intérêt servi est élevé. La tranche la plus basse, dite « equity », n’est généralement pas distribuée aux investisseurs et est conservée par l’originateur ;


dépôt de garantie : un dépôt de garantie est constitué par le cédant auprès du SPV ;


garantie par un tiers : des compagnies d’assurance, sites « monoline » se sont spécialisées dans la garantie des structures de titrisation.